De la tentation de venise aux anciens combattants

Ludovic Freygefond, Premier secrétaire du Parti socialiste girondin, a vivement réagi à l’entrée d’Alain Juppé au sein d’un « nouveau » gouvernement.

« Une fin d’épisode en queue de poisson, à l’image de la série toute entière »

a moqué le responsable socialiste. Et de s’interroger :

« Ne soyons pas dupe : a-t-on un instant seulement cru à un quelconque changement de politique à l’occasion de ce remaniement ? »

L’occasion de rappeler que sous couvert d’un improbable changement de cap, Nicolas Sarkozy n’est toujours pas revenu sur le bouclier fiscal ou l’expulsion des Roms.
L’occasion de rappeler aussi les propos du Ministre de la Défense le soir de son élection à la mairie de Bordeaux, en mars 2008 :

« Je me consacrerai comme je l’ai dit à gérer la ville. Je serai un maire à plein temps. Je n’exercerai pas de fonction gouvernementale ou d’autres fonctions électives autres que celle qui m’a été confiée ce soir »

lançait alors le Ministre.

« Le choix en conscience qu’a fait Alain Juppé participe du fossé que creuse chaque jour le gouvernement entre la politique et les Français, et à ce titre, c’est là une belle entrée en matière ! »

a ironisé Ludovic Freygefond.

Ludovic Freygefond
Premier Secrétaire Fédéral

%d blogueurs aiment cette page :