Communiqué de presse

REFUS DE FORD POUR LA REPRISE DU SITE DE BLANQUEFORT
La Fédération du Parti Socialiste réagit avec indignation à la décision de
Ford, annoncée ce jeudi 13 décembre, de refuser l’offre du repreneur de
l’usine de Blanquefort malgré l’accord des salariés. De fait, Ford choisit
donc la fermeture du site.
« C’est un véritable gâchis industriel qui ne sera pas sans conséquences
importantes sur le plan social avec des impacts économiques non
négligeables pour le territoire. », précise Thierry Trijoulet, Premier Secrétaire
Fédéral du PS33, avant d’ajouter : « Cette décision est d’autant plus
regrettable que l’usine de Blanquefort reste compétitive et que de
nombreuses aides publiques ont été accordées à Ford ».
La Fédération salue le travail et l’engagement constants des salariés, des
organisations syndicales et des élus locaux qui se sont investis depuis de
nombreuses années pour sauver les emplois et l’activité du site.
« Aujourd’hui, nous pensons surtout aux répercussions humaines et à toutes
ces familles désormais confrontées à l’incertitude de l’avenir. », conclut le
responsable fédéral.

50 ans de vie parlementaire de Philippe Madrelle


Jean Touzeau Maire de @VilledeLormont devant 1000 socialistes girondins réunis !

Gilbert Mitterrand heureux de nous rappeler que @
philmadrelle
et lui même ont porté le flambeau de la réforme de la décentralisation pour être au plus près des territoires.

Thierry Trijoulet ce soir pour les 50 ans de vie parlementaire de Philippe Madrelle.

Alain Anziani rend hommage à l humanité de Philippe Madrelle

Au tour du Président du Département de rendre hommage au parcours de Philippe Madrelle qui a porté la lutte pour la justice sociale avec de solides convictions

Le Président de la Région Nouvelle Aquitaine @
elus_PS_NA
pour @
philmadrelle
la politique avec les valeurs de l équité territoriale



Philippe Madrelle qui remercie toute la famille socialiste de sa présence ce soir. Une vie politique sans jamais renier les fondamentaux socialistes.

A #
bordeaux
ce soir @fede332018
fhollande
rend hommage @
philmadrelle
pour ses 50 ans de carrière et rend hommage à la longévité dans ses idées socialistes dont nous devrions tous nous inspirer !

https://psgironde.files.wordpress.com/2019/01/journal_sfio59984-1.pdf

La Ruche

Nous sommes heureux de vous présenter la nouvelle plateforme collaborative du Parti Socialiste, La Ruche ! Grands chantiers, nouvelles idées, cet outil ouvert aux militants et sympathisants doit nous permettre d’échanger, partager nos expériences et initiatives, nous retrouver autour des défis auxquels les citoyens font face dans leur quotidien. Alors camarades, ami-e-s, à vos claviers !

Désengagement de Ford du site de Blanquefort

La Fédération du Parti Socialiste de la Gironde réagit avec colère et indignation à la décision de Ford, annoncée ce mardi 27 février, de se désengager de l’usine de Blanquefort.

« C’est un véritable gâchis industriel qui ne sera pas sans conséquence économique pour le territoire »

précise Thierry Trijoulet, Premier Secrétaire Fédéral, avant d’ajouter :

« Cette décision est d’autant plus choquante que l’usine de Blanquefort est compétitive et que de nombreuses aides publiques ont été octroyées à Ford »

La Fédération salue toutefois le formidable travail des élus locaux qui se sont fortement investis dans ce dossier pour sauver les emplois du site.

« Aujourd’hui, je pense surtout aux répercussions humaines et à toutes ces familles qui sont désormais confrontées à l’incertitude de l’avenir » , conclut le responsable fédéral.

L’économie sociale et solidaire – Une histoire de la société civile en France et en Europe de 1968 à nos jours

« L’économie sociale et solidaire n’existe pas ».

D’aucuns dénoncent une forme de privatisation qui consiste à transférer la solidarité de l’État social vers les initiatives socio-économiques. En pointant à raison une contradiction possible, ils laissent entendre que l’économie sociale et solidaire n’est qu’un concept. Elle est pourtant une réalité sociale, dont les racines plongent au cœur du XIXe siècle.

Le mot connaît certes une éclipse à partir des années 1930, à la fois en raison de la différenciation statutaire de ses organisations, séparées entre coopératives, mutuelles et associations, et de l’essor de l’État social. Mais l’économie sociale et solidaire réapparaît à partir de 1968 à la faveur d’une réarticulation des rapports entre l’État, le marché et la société civile.

Timothée Duverger nous entraîne sur les chemins de cette résurgence qui croisent la grande histoire, de Mai 68 à la crise du capitalisme de 2008, en passant par l’effondrement du bloc communiste au tournant des années 1990. Ce faisant, il exploite la capacité critique et émancipatrice de l’histoire. En déplaçant la focale sur les brèches, il fait de l’histoire l’exploratrice des potentialités alternatives, souvent inabouties mais toujours sources d’imagination, que recèle la démocratie.

L’économie sociale et solidaire, qui a la double qualité de générer à la fois des activités économiques et des groupements de personnes, n’est-elle pas le laboratoire démocratique où s’expérimente le ré-encastrement du marché dans la société ?

Docteur en histoire contemporaine spécialiste des alternatives, chargé de cours à l’IEP de Bordeaux, Timothée Duverger est l’auteur de 3 ouvrages : La décroissance, une idée pour demain (Sang de la Terre, 2011), Le Parti socialiste et l’écologie (Fondation Jean Jaurès, 2011) et La modernité relationnelle (Ère, 2013).