« Revenu Universel d’Activité » Timothée Duverger

Le gouvernement a annoncé hier le lancement d’une concertation visant à créer un « revenu universel d’activité » (RUA). Objectif affiché : fusionner un maximum de dispositifs pour réduire le non recours aux prestations sociales (par exemple, 35% des personnes éligibles au RSA n’y ont pas accès), cela à budget constant. Les associations s’inquiètent et elles ont raison. Plusieurs problèmes insolubles vont se poser :
– comment peut-on réduire le non recours (c’est-à-dire augmenter le nombre d’allocataires) à budget constant sans faire de perdants ?
– comment peut-on fusionner des dispositifs qui ont des règles différentes à budget constant sans faire de perdants ?
– doit-on verser la même prestation (même montant et mêmes conditions d’accès) à une personne en situation de précarité, une personne en situation de handicap ou une personne retraitée ?
Le gouvernement se défend de vouloir réaliser des économies budgétaires. C’est vrai, mais sous ces éléments de langage ce qu’il cache, c’est qu’il y aura une masse importante de perdants, qui pourrait atteindre jusqu’à 3,5 millions de foyers, soit près de 9 millions de personnes.
Sa véritable intention se trouve dans la philosophie du RUA. Derrière l’annonce d’une suppression de l’allocation en cas de refus de plus de deux offres d’emploi dites raisonnables, il y a d’une part l’idée que les chômeurs sont sans emploi par choix (sic) et d’autre part l’idée qu’il faut trier les « bons pauvres » qui font la preuve de leur motivation et les « mauvais pauvres » qui méritent d’être exclus du système d’aides sociales.
Dans ces conditions, on comprend mieux pourquoi, si la loi sera votée en 2020, elle ne sera appliquée qu’en 2023, c’est-à-dire après l’élection présidentielle…
Cela appelle deux dernières remarques. D’abord, la nécessité de continuer à défendre des projets d’expérimentation du revenu de base qui démontreront qu’une autre voie est possible, notamment une allocation automatique, ouverte aux jeunes de 18-24 ans et sans contrepartie. Ensuite, pour empêcher l’application de cette loi anti-sociale, il faudra battre Emmanuel Macron en 2022, donc travailler dès maintenant à l’union de la gauche autour d’un contre-projet.

Élections européennes

Nos remerciements aux citoyens qui ont voté pour notre liste, et surtout remerciements aux militants et sympathisants qui se mobilisés, avec une énergie toujours renouvelée, avec un engagement et une force qui sont l’honneur de nos formations politiques! Sans eux nos idées, nos combats ne passeraient pas les murs de nos salles de la réunion! Merci encore!

Campagne des européennes

Quelque chose s’est passé en Gironde durant cette campagne. Nous avons pu porter fièrement les premiers pas du renouveau d’une gauche républicaine, pro-Européenne, social-écologique et féministe.
Un grand MERCI aux militantes et militants pour leur présence, leur enthousiasme, leurs encouragements et leur capacité de conviction.

Communiqué de presse

REFUS DE FORD POUR LA REPRISE DU SITE DE BLANQUEFORT
La Fédération du Parti Socialiste réagit avec indignation à la décision de
Ford, annoncée ce jeudi 13 décembre, de refuser l’offre du repreneur de
l’usine de Blanquefort malgré l’accord des salariés. De fait, Ford choisit
donc la fermeture du site.
« C’est un véritable gâchis industriel qui ne sera pas sans conséquences
importantes sur le plan social avec des impacts économiques non
négligeables pour le territoire. », précise Thierry Trijoulet, Premier Secrétaire
Fédéral du PS33, avant d’ajouter : « Cette décision est d’autant plus
regrettable que l’usine de Blanquefort reste compétitive et que de
nombreuses aides publiques ont été accordées à Ford ».
La Fédération salue le travail et l’engagement constants des salariés, des
organisations syndicales et des élus locaux qui se sont investis depuis de
nombreuses années pour sauver les emplois et l’activité du site.
« Aujourd’hui, nous pensons surtout aux répercussions humaines et à toutes
ces familles désormais confrontées à l’incertitude de l’avenir. », conclut le
responsable fédéral.