Congrès des Maires : un rendez-vous manqué pour Nicolas Sarkozy

« Alors que le Maire de Paris avait ouvert ce congrès en rappelant quelques principes nécessaires aux relations de confiance, au respect et à la solidarité entre l’État et les collectivités, le Président de la République a répondu par un ton donneur de leçon, par le chacun pour soi et par la défiance en réaffirmant l’affaiblissement de l’autonomie des collectivités. »

C’est en ces termes que Ludovic Freygefond, Premier Secrétaire Fédéral du Parti Socialiste girondin, a qualifié les propos tenus hier par le chef de l’État lors du 93e congrès des Maires à Paris.

Des propos qui, loin de rassurer les maires sur une réforme brouillonne et inefficace, n’ont fait qu’accentuer leurs inquiétudes :

« Pour la 1ère fois j’ai vu un Président de la République sifflé par les maires de France, c’est je crois révélateur d’un profond malaise auquel Nicolas Sarkozy reste indifférent »

a souligné le responsable socialiste.

« Nicolas Sarkozy a cherché à justifier sa politique en illustrant avec de faux chiffres de faux problèmes. Face à des maires responsables qui subissent déjà de plein fouet les contraintes budgétaires, c’est à la politique fiscale de l’État de cadeaux aux plus riches qu’il faut s’attaquer pour réduire les déficits »

rajoute Ludovic Freygefond, qui estime par ailleurs que Monsieur Sarkozy aura été pour le moment

« le Président du chômage, des inégalités, et de la recentralisation ».

Ludovic Freygefond,
Premier Secrétaire Fédéral

%d blogueurs aiment cette page :