Lancement de la campagne des européennes à Bordeaux

Ce matin, Virginie ROZIERE, à la tête d’une liste PS-PRG, Eric ANDRIEU, Laurence HARRIBEY et Renaud LAGRAVE, candidats aux élections européennes sur la liste de la circonscription « Grand Sud-Ouest », étaient présents ce lundi 14 avril à Bordeaux pour lancer officiellement la campagne.

De nombreux élus et responsables politiques girondins, parmi lesquels Alain ROUSSET, Député et Président de la Région Aquitaine, Gilles SAVARY, Député de la Gironde et Ludovic FREYGEFOND, Premier Secrétaire Fédéral, étaient présents pour les soutenir. Ces derniers ont insisté sur l’importance de l’ancrage territoriale d’une liste au sein de laquelle les compétences pallient largement le déficit de notoriété. Les élu(e)s de la liste se consacreront par ailleurs pleinement à leur mandat.

Virginie ROZIERE a d’abord rappelé les objectifs principaux de cette élection : « porter la voix des électeurs du Sud-Ouest et faire élire Martin Schulz à la présidence de la Commission européenne » avant de préciser « c’est au niveau européen que sont gérés les grands défis du monde de demain ».

Eric ANDRIEU a insisté quant à lui sur la nécessité de « modifier en profondeur la politique de l’Union Européenne ». « La politique européenne actuelle est un échec. L’Union Européenne compte 26 millions de chômeurs et 120 millions d’européens vivent sous le seuil de pauvreté » a-t-il précisé avant d’ajouter : « le mandat européen n’est pas un mandat de touristes. Nous sommes des élus certes à faible notoriété mais fermement engagés en faveur d’une Europe qui défende l’emploi, l’égalité et la justice sociale. »

Enfin, Laurence HARRIBEY, la candidate girondine, a ré-affirmé son engagement en faveur « une Europe du quotidien, de la proximité, du projet ». A l’inverse des « élus hors-sol », elle revendique son ancrage au territoire girondin, en tant que Maire d’une commune rurale du Sud Gironde, parallèlement à un investissement européen de plus de 30 ans.Elle souligne que « l’envie des citoyens de renouvellement et de compétence doit s’allier à la capacité des élu(e)s de faire émerger un projet et un mouvement social européens ». Avant de conclure « les enjeux d’aujourd’hui, démocratiques, démographiques, économiques et énergétiques se jouent au niveau européen ».

%d blogueurs aiment cette page :