Jeudi de la Fédé « Économie bleue, économie verte »

Ce « Jeudi de la Fédé » de rentrée était délocalisé sur le Bassin d’Arcachon, à l’invitation des sections d’Andernos et d’Arès, autour d’une thématique aux accents locaux et d’actualité :

« Quels chemins pour la transition énergétique ? Economie verte, économie bleue, un enjeu de territoire ».

Pour éclairer le débat, deux élus, Arnaud Leroy, député, porteur de la loi sur l’économie bleue et Martial Zaninetti, 1er adjoint de la commune du Porge.

Après les propos rassembleurs de Thierry Trijoulet, Premier Secrétaire Fédéral, c’est Eric Dosset, Secrétaire fédéral et secrétaire de la section d’Andernos, qui ouvre la soirée.
Il introduit le débat en rappelant ce qu’est la transition écologique, selon la définition proposée par le Ministère. La transition écologique désigne l’évolution vers un nouveau modèle économique et social, avec comme objectif de répondre aux grands enjeux environnementaux. Au-delà des enjeux économiques et sociaux, la notion recoupe également des enjeux d’actualité, telle la récente polémique autour des « boues rouges ».

Arnaud Leroy revient en premier lieu sur la loi « Economie bleue ». Il rappelle les traductions concrètes de la loi : qualité des eaux, recyclage des navires de plaisance,… Il insiste aussi et surtout sur la méthode d’élaboration de la loi, travaillée en concertation et votée à l’unanimité.
Il évoque également la dépendance de la France vis-à-vis du nucléaire. La loi sur la transition énergétique prévoit la diminution de 50% de la part du nucléaire dans la production énergétique française d’ici à 2025. Cette loi a en outre été importante dans le cadre de la COP21, en permettant de crédibiliser davantage la voix de la France.
Le député mentionne par ailleurs la portée croissante de l’économie circulaire, qui consiste à limiter les prélèvements dans la nature par le recyclage, la réutilisation,…
Il précise enfin le rôle essentiel de la BPI (banque publique d’investissement) dans la mise en œuvre des différentes politiques publiques.
Beaucoup reste encore à faire, il nous faut être vigilent pour éviter tout retour en arrière.

Martial Zaninetti axe lui son intervention sur l’économie verte, la commune du Porge étant particulièrement concernée puisque couverte aux ¾ par un massif forestier composé de pins maritimes.  Un important travail a été réalisé par la municipalité autour de la biodiversité, avec notamment un « Atlas de la biodiversité », élaboré sur 3 ans avec des étudiants et distribué aux élèves de la commune. La commune dispose également du plus grand plan plage d’Aquitaine. Il évoque l’activité du gemmage* et son développement. Le Porge joue ici un rôle de facilitateur en mettant un certain nombre d’hectares à disposition de l’industriel. On peut aujourd’hui parler de « chimie verte », la production est naturelle et écologique. Cette activité permet par ailleurs de valoriser la forêt (le bois gemmé étant plus cher) tout en remettant l’homme en forêt.

Un échange riche et nourrit s’ouvre ensuite avec les nombreux militants présents, entre notions à préciser (Agenda 21 par exemple), évocation de sujets d’actualité (les compteurs Linky), ou encore comparaison des différents types d’énergie (éolienne, solaire, géothermie, …). Arnaud Leroy précise qu’il n’y a pas selon lui de mauvaise énergie et que l’enjeu est au contraire d’encourager la multiplicité et la cohabitation des sources d’énergie.

La soirée se conclut dans la convivialité, autour notamment d’huîtres offertes par les sections accueillantes.

Le prochain rendez-vous des Jeudis de la fédé se tiendra à Bassens le 17 novembre, sur une thématique restant à préciser.

* opération qui consiste à blesser le pin pour en récolter la gemme ou résine

%d blogueurs aiment cette page :