1e tour des élections cantonales 2011 : tour d’horizon des candidats socialistes

Les candidats réélus au 1er tour :

  • Jean-Luc GLEYZE (Captieux), qui détient le score le plus important avec 81.24% des voix
  • Bernard DUSSAUT (Monségur), avec  67.81% des voix est réélu au premier tour comme en 2004
  • Isabelle DEXPERT (Villandraut), avec 63%
  • Philippe CARREYRE (Saint Symphorien), avec 62.15%
  • Philippe PLISSON (Saint Ciers sur Gironde), avec 50.24% des voix

Les candidats au second tour :

Six cantons verront au second tour un duel PS-FN. A Carbon-Blanc, Philippe MADRELLE, aurait pu, avec 53.19%, être ré-élu au 1er tour mais il pâtit de la faible participation (40.09%). Pour être élu au premier tour, il faut en effet, outre la majorité absolue, recueillir les suffrages d’au moins 25% des inscrits. C’est également le cas d’Alain DAVID (Cenon), qui obtient 52.96% des suffrages.

Pascale GOT (Castelnau de Médoc) avec 39.17%, Isabelle HARDY (Libourne) avec 32.71%, Sébastien HOURNAU (Pauillac) avec 42.34% et Jean-Pierre SOUBIE (Floirac) avec 40.34% des voix, seront eux aussi opposés à un candidat frontiste au second tour.
De nombreux conseillers généraux sortant se trouvent en situation de ballotage favorable pour le second tour. C’est le cas de Jacques RESPAUD(Bordeaux 6) avec 36.67%, de Christian GAUBERT (Audenge) avec 35.52%, de Francis ZAGHET (Auros) avec 41.29%, , de Vincent NUCHY (Belin-Beliet) avec 41.74%, de Max JEAN-JEAN (Bourg) avec 35.32%, de Christian MUR (Branne), avec 30.26%, de Bernard FATH (La Brède) avec 42.58%, d’Edith MONCOUCUT (Pessac I) avec 46.62%, d’Alain MAROIS (Guîtres) avec 39.73%, de Gilles SAVARY (Talence) avec 43.09%, Jacques FERGEAU (Mérignac II) avec 38.29%

Les candidats Guy MORENO (Cadillac) avec29.60%, Christophe BIROT (Saint Laurent Médoc) avec 44.78% sont également en position de ballotage favorable.

Sur le canton de Bordeaux 2, Michèle DELAUNAY n’est dévancée que de 70 voix par la candidate UMP et a donc de bonnes chances pour le second tour.

Sur le canton de Bordeaux 8, particulièrement ancré à droite, Béatrice DESAIGUES réalise un bon score (27.28%) et espère pouvoir compter au second tour sur le report des voix de gauche.
A Pujols, Marie-Emilie SALLETTE sera également au second tour avec 33.54% des voix.

Daniel BARBE (Saint Symphorien) empêche quand à lui la réélection du conseiller général sortant UMP et se maintient au second tour avec 34.44% des voix.

A Bègles, Jacques RAYNAUD, qui obtient 27.73% des voix, se retire au second tour en faveur de Jean-Jacques PARIS, selon l’accord passé au niveau national pour soutenir les candidats de gauche arrivés en tête.

Malheureusement, Marlène PEYRUTIE (Arcachon) ne sera pas au second tour mais réalise toutefois un très bon score dans un canton quasi imprenable, où le conseiller général sortant UMP a été réélu dès le premier tour. Il en de même pour Bruno TAUZIN sur le canton de Saint-Macaire où le conseiller général sortant est en ballotage favorable pour le second tour.

Pour le second tour, soutenons plus que jamais les candidats socialistes et la gauche, pour renforcer la Majorité Départementale !

Déclaration commune du PS, du PCF, d’EELV, du PRG et du MRC

Les Français ont placé les candidats de gauche et les écologistes largement en tête des élections cantonales.

Ils ont voulu, par leur vote, signifier une fois de plus leur rejet des choix politiques de Nicolas Sarkozy et sanctionner l’échec du gouvernement. Notre économie ne sort pas de la crise, notre environnement continu de se dégrader, le chômage ne diminue pas, le pouvoir d’achat régresse, les inégalités progressent et notre République est abimée.
L’abstention de millions d’électeurs sanctionne le décalage croissant entre les urgences sociales et les réponses apportées par le Gouvernement.
Les Français ont également montré leur soutien aux politiques locales menées par la Gauche et les écologistes qui jour après jour soutiennent l’emploi dans les territoires avec des politiques innovantes socialement et respectueuses de l’environnement, et défendent les services publics locaux.
Aujourd’hui, plus que jamais, la gauche et les écologistes ont une grande responsabilité. Toutes nos forces doivent être utilisées pour amplifier dimanche prochain le vote du premier tour.
Il faut dimanche prochain un maximum de d’élu-es de gauche et écologistes.
Nous appelons toutes les forces de gauche, les écologistes, les démocrates et les républicains à se rassembler dans tous les départements, à se mobiliser et à s’unir pour battre la droite et l’extrême droite au deuxième tour de l’élection cantonale, derrière les candidats de gauche et écologistes arrivés en tête au premier tour.
Au-delà, nous savons que notre responsabilité est de construire une politique alternative globale et cohérente à la politique de la droite pour porter l’espoir d’une alternance politique en 2012.

1er tour des élections cantonales 2011 : la gauche progresse

« Alain Juppé avait annoncé être entré au gouvernement pour éviter un retour de la gauche en 2012, il vient de se faire recaler au premier examen »

a lancé Ludovic Freygefond, Premier secrétaire fédéral, à l’annonce des résultats du 1er tour des élections cantonales. Soulignant au passage que le conseiller général sortant et président du groupe UMP au Conseil général Yves d’Amécourt n’avait pas pu être réélu au 1er tour, malgré son élection à la mairie de Sauveterre en 2008.

« Par ailleurs, et même s’il est plus faible en Gironde, on ne peut évidement que regretter le niveau d’abstention, résultat du silence du gouvernement à propos de ce scrutin et de l’absence de toute campagne d’information civique. »

« La gauche progresse dans plusieurs cantons de la Gironde, signe à la fois de la reconnaissance du travail accompli par la majorité de Philippe Madrelle et du ras-le-bol vis-à-vis du gouvernent. »

a-t-il poursuivi.

Le Premier secrétaire fédéral a tenu à souligner les belles victoires dès le 1er tour d’Isabelle Dexpert sur le canton de Villandraut, Philippe Carreyre à Saint-Symphorien, Jean-Luc Gleyze à Captieux, Philippe Plisson à Saint-Ciers sur Gironde et Bernard Dussault à Monségur.

Le responsable socialiste a également déclaré quant à la montée inquiétante du FN :

«  Le gouvernement et l’UMP soufflent sur les braises de la flamme du FN, mais ce sont tous les Français qui risquent d’être touchés si l’incendie prenait. »

« Dans les 6 cantons où le PS est face au FN au second tour, j’espère que l’UMP girondine à travers la voix de son président départemental fera le choix de la responsabilité en appelant à voter pour le PS ».

Et de lancer en direction des partis de gauche : « Une dynamique de rassemblement doit maintenant s’opérer autour du candidat de gauche arrivé en tête ce soir, ce rassemblement est important si l’on veut donner toute sa chance aux forces progressistes de l’emporter dimanche prochain. »

Le rassemblement républicain de la gauche contre le ni-ni irresponsable de la droite

Ludovic Freygefond, Premier secrétaire fédéral de la Gironde, a fustigé l’attitude de l’UMP se gardant d’appeler à un front républicain pour barrer la route du FN présent au second dans près de 400 cantons dont 6 en Gironde, parti dont le moteur reste le racisme et la xénophobie.

« L’UMP a joué l’agent de communication avec le FN en lançant débats et dérapages à même de faire le lit du parti Le Pen, il joue aujourd’hui l’agent électoral en faisant la courte échelle au parti d’extrême droite »

a lancé le responsable socialiste.

« Le ni-ni, ce n’est pas un non choix, c’est le choix de fermer les yeux sur la progression inquiétante du FN »

poursuit-il.

« Face à la stratégie Copé-Sarkzoy, le Président départemental de l’UMP prendra-t-il ses distances comme ont pu le faire d’autres personnalités de l’UMP ? »

Le Premier secrétaire fédéral s’est également interrogé sur la stratégie du Modem dans certains cantons comme celui de Castelnau où le parti centriste arrive en 3ème position derrière le FN et le PS.

« Face à cette situation grave pour notre République, la gauche doit être exemplaire et se rassembler afin de barrer la route du FN dimanche prochain. J’appelle tous les partis de gauche à se rassembler derrière le candidat de gauche arrivé en tête hier soir. » a-t-il conclut.

Les 20 et 27 mars 2011, tous aux urnes!

Si vous n’étiez pas déjà convaincu, voici quelques bonnes raisons de vous déplacer voter dimanche…

Ces élections cantonales sont fondamentales à plus d’un titre. Elles seront peut-être les dernières du genre, la réforme territoriale prévoyant à partir de 2014 l’élection d’un « conseiller territorial », qui siègera à la fois au Conseil Régional et au Conseil Général. La réforme territoriale mise en place par le gouvernement est une mauvaise réforme car elle recentralise notre pays en mettant les pouvoirs dans les mains de quelques uns, et elle rend encore plus illisible l’organisation territoriale en mélangeant le conseil général et le conseil régional. Le gouvernement a dénoncé un millefeuille territorial, pourtant il en ajoute 3 couches. Et cela s’accompagne en plus d’une réforme fiscale qui va se traduire par une augmentation d’impôt pour les Français. Si la gauche gagne en 2012, nous reviendrons sur ces injustices pour proposer l’acte 3 de la décentralisation, et les élections cantonales sont la 1ère étape d’une victoire en 2012.

Ensuite, à un peu plus d’un an de l’élection présidentielle, ces élections constituent un des ultimes « test », avec comme enjeu de conforter et de renforcer la présence de la gauche sur le territoire, alors que les Girondins ont plus que jamais besoin que se poursuive l’effort en matière de solidarité, la principale prérogative du Conseil Général, mais aussi en vue de 2012.

A l’heure où l’UMP fait de manière totalement irresponsable le lit de l’extrême droite, le bulletin PS les 20 et 27 mars, c’est aussi un carton rouge contre le gouvernement. Et il y a beaucoup de raisons aujourd’hui de vouloir dire stop au gouvernement, à ses méthodes comme à ses fausses solutions. Un candidat promettait en 2007 le « travailler plus pour gagner plus », devenu Président c’est le chômage qui monte et le pouvoir d’achat qui baisse.

Il est urgent de mettre un coup d’arrêt à la politique de la droite, qui exclut chaque jour davantage les populations et les territoires les plus fragiles.

Pour en finir avec la fracture sociale et territoriale, le Parti Socialiste a proposé son contrat pour des départements qui protègent et qui agissent pour l’avenir. Les Conseillers Généraux socialistes se mobilisent chaque jour à vos côtés pour l’emploi, le développement économique, la justice sociale et le développement des services publics de proximité comme l’éducation ou la santé.

Pour notre Département, la Majorité Départementale conduite par Philippe Madrelle portera des projets ambitieux et protecteurs pour les hommes et les territoires, en défendant l’emploi local, en prônant un développement concerté, dans le respect de l’environnement, en étant un partenaire quotidien de l’ensemble des acteurs locaux.

Face au désengagement financier de l’Etat et au démantèlement des services publics, le Conseil Général continuera d’assurer ses missions de solidarité et de service public, pour une « Gironde encore plus juste et plus équilibrée ».

Alors les 20 et 27 Mars 2011, tous aux urnes !